La réflexologie sans frontière - en République Centrafricaine

Mon expérience en République Centrafricaine

Depuis longtemps je rêvais d'aller à la rencontre d'autres peuples, d'autres cultures. En 2012, on me propose d'aller en République Centrafricaine pour y promouvoir la Réflexologie Plantaire.

Après quatre mois de préparation : vaccins, nécessaire de voyage, préparation des cours, matériel..., et l'accord de ma famille, car je serai absente pour les fêtes de fin d'année, me voilà à la veille de partir et je me demande quand même si je fais bien de laisser derrière moi mon mari, mes cinq enfants et mes deux petits-enfants!

L'expérience est inoubliable. J'étais attendue avec curiosité, intérêt, enthousiasme mais aussi avec une certaine appréhension. Les sœurs missionnaires africaines m'ont accueillie à bras ouverts.

J'ai été vite débordée. Dès le lendemain de mon arrivée, me voilà embarquée dans un rythme effréné. Les premières personnes venues expérimenter la réflexologie plantaire sont enchantées et cela se propage à la vitesse de l'éclair. Très vite mon horaire est complet : le matin de 8 h à 12h30 je masse les personnes, l'après-midi je donne cours aux sœurs qui désirent apprendre à soulager les maux par la réflexologie. Les personnes travaillant au dispensaire de Bangui veulent apprendre aussi et même les jeunes femmes de la promotion féminine. Je me retrouve avec 4 groupes de cours... . Et la plupart veulent apprendre plus que le simple massage de détente, mais aussi les massages plus spécifiques adaptés aux problèmes articulaires, glandulaires, gynécologiques, digestifs, respiratoires, ....

Mais il ne m'est pas possible de tout donner cette fois et on a déjà programmé mon retour.

Je passe trois semaines dans la capitale et puis je pars en brousse à Mbata, à 5 heures de piste de là. Même succès dès le départ mais ici ce que je vois quand je me promène dans le village me chavire le cœur. La nourriture manque, les vêtements, l'hygiène, les médicaments... Tout, il manque de tout et pourtant partout c'est avec le sourire qu'on m'accueille et que même quelques fois on m'invite à partager le repas !

La nouvelle de ma présence et de mon travail s'est répandue comme une traînée de poudre et on a finalement dû refuser des clients. Des personnes intéressées par les cours sont déjà inscrites pour la prochaine session. J'ai aussi été invitée à visiter un autre village, de l'autre côté de la Lobaye - grand fleuve de RCA qui se jette dans l'Oubangui - afin d'y initier le personnel soignant à la réflexologie plantaire.

En attendant mon retour, les sœurs africaines perpétuent le travail, du moins au niveau de ce qu'elles ont appris. Les bénéfices éventuels seront consacrés à l'aide à la population locale : écoles, promotion féminine, éducation à l'hygiène, à la cuisine saine, à la santé.... Création d'une infirmerie, d'une porcherie pour nourrir les enfants sous-alimentés et les pygmées qui viennent à l'école... et j'en passe.

Concrètement

J'aimerais les aider à l'achat de deux congélateurs alimentés en énergie solaire afin d'éviter les frais d'achat du pétrole, de plus en plus cher, ainsi qu'à la construction d'un hébergement pour les enfants venant de loin (les pygmées par exemple qui vivent dans la forêt). Avec un petit capital les sœurs pourraient acheter une concession et construire un dortoir, un réfectoire, une cuisine. Ces infrastructures permettraient d'accueillir et de soigner les enfants souffrant de malnutrition, et d'offrir les cours aux enfants dont les parents n'ont pas les moyens de payer le peu qu'elles demandent pour supporter les charges de leur enseignement.

Une partie de mes honoraires est depuis consacrée :

• à ce que je puisse poursuivre l'enseignement de la réflexologie en RCA et à en supporter les frais

• à soutenir les différents projets des sœurs.

En vous offrant une réflexologie pour vous détendre, vous ressourcer ou soulager vos maux, vous aiderez au financement de ces projets.

 

Juillet 2014

Vu les événements il ne m'est pas possible de retourner pour le moment dans ce pays enseigner la réflexologie. J'ai réuni une somme d'argent qui servira plutôt à faire face aux premiers besoins des dispensaires et des écoles de Bangui et de Mbata.